Afficher un message
Vieux 12/05/2011, 09h25   #204
pepone75
Invité
 

Messages: n/a

Citation:
Envoyé par Esquiaou_06 Voir le message
JE SAIS, JE SAIS, ÇA N'A RIEN A VOIR :
___________________________________

IRM : la France toujours à la traîne


Le Point.fr - Publié le 11/05/2011 à 16:55

Les délais d'attente pour un examen par imagerie médicale varient de trois semaines à deux mois selon les régions.



Il faudrait doubler le nombre d'IRM pour que la France arrive à une proportion voisine de celles de l'Italie et de l'Espagne, qui sont sans comparaison avec celles de l'Allemagne et des pays scandinaves.
© IAFRATE PATRICK / SIPA

Avec un délai moyen de 32,2 jours (contre 34,6 en 2010), la France est loin d'avoir comblé son retard et atteint l'objectif du Plan cancer II d'un rendez-vous dans les 10 jours. La huitième enquête annuelle sur les temps d'attente pour passer une IRM, réalisée pour l'association Imagerie Santé Avenir (Isa, qui représente l'industrie), montre bien qu'il reste encore du chemin à parcourir. Dans l'ensemble, la métropole, qui dispose de 592 IRM de médecine civile pour 63 millions d'habitants, soit 9,4 IRM par million d'habitants, reste en dessous de l'objectif fixé de 10 appareils par million d'habitants pour 2011 et encore plus loin de celui de 12 appareils par million d'habitants d'ici 2013 dans les régions ayant la mortalité la plus élevée par cancer. La moyenne européenne des pays à revenus équivalents est de 17 IRM par million d'habitants...
"Il faudrait doubler le nombre d'IRM pour arriver à une proportion voisine de celles de l'Italie et de l'Espagne, qui sont sans comparaison avec celles de l'Allemagne et des pays scandinaves", regrette le Pr Jean-Pierre Pruvo, neuroradiologue au CHU de Lille et secrétaire général de la Société française de radiologie. "C'est injuste pour les patients. Cela occasionne une perte de chance et une inégalité des soins par rapport aux habitants des autres pays européens développés. Quand on a un cancer, une maladie neurologique ou cardiovasculaire, on a besoin d'un accès à l'IRM, et on ne l'a pas toujours. Pendant ce temps, les décisions thérapeutiques les plus efficaces ne peuvent pas être prises."

Problème de financement

Aujourd'hui, seules quatre régions de l'Hexagone comptent plus de 10 appareils par million d'habitants : le Nord-Pas-de-Calais (12,4 par million et un délai d'attente de 20,7 jours), l'Ile-de-France (11,9 par million), le Rhône-Alpes et la Champagne-Ardenne (10,5 par million). À l'inverse, quatre régions ont un taux d'IRM inférieur à 7 par million d'habitants : la Bourgogne, la Bretagne, la Corse et les Pays de la Loire (dans ces derniers, il y a deux mois d'attente pour un examen). Selon le Pr Pruvo, cette différence régionale peut s'expliquer par la volonté politique des agences régionales de santé et l'implication des professionnels soutenus par les associations de patients. "Chez nous, le conseil régional a très largement contribué au financement de l'équipement", reconnaît-il.
Il faut savoir qu'une IRM coûte plus d'un million d'euros. Mais les spécialistes refusent le terme d'"investissement lourd", car ce type d'achat permet de réaliser des économies non négligeables, notamment s'il fonctionne jour et nuit. "Dans un service de neurologie et de neurochirurgie, le prix de la journée d'hospitalisation varie entre 1 000 et 3 000 euros", rappelle le Pr Pruvo. "Au CHU de Lille, on a 400 lits de neuroscience (neurologie, neurochirurgie et spécialités neurologiques comme neuro-ophtalmo), qui coûtent près d'un million d'euros par jour, soit l'équivalent d'une IRM." Tous les spécialistes estiment donc que ce type d'investissement est rentable. Leur raisonnement est simple : le fait de pouvoir réaliser un diagnostic en urgence permet d'initier très vite le bon traitement. Sinon, le patient subit d'autres examens en attendant celui qui est véritablement nécessaire, ce qui génère des dépenses, voire des journées d'hospitalisation inutiles, des arrêts de travail injustifiés et parfois des déplacements médicalisés coûteux.

Par Anne Jeanblanc

________________________________________

Quelle honte, où est l'urgence dans ce pays ? des radars ou des IRMs ?
surtout qu'aujourd'hui l'IRM est une des rares imageries efficaces et SANS nocivité pou l'organisme. quand on voit les polémiques autour du scanner


Citation:
Envoyé par Esquiaou_06 Voir le message
Pourquoi veux-tu que l'opposition soit contre ? elle ne peut qu'approuver, si la gauche passe aux prochaines élections, elle sera contente, la droite aura déjà fait tout le sale boulot.

Il suffisait d'écouter les avis des lambdas à la télé et à la radio, dans leur grande majorité, ils approuvent. Sur RTL, hier soir, Joffrin approuvait, et les invités plus tard ont aussi en majorité approuvés.
Nous ne sommes qu'une poignée d'irréductibles et en plus nous aimons le scooter et la moto, cet engin du diable, nous avons mauvaise presse...

Le peuple est content, le RSA et les minimas sociaux, après une comédie honteuse de la part du gouvernement, ne seront pas réformés, le bouclier fiscal est tombé ; un sujet de discussion en moins au bistrot, et puis il y a plus important : est-ce que la Fédération de football est géré par des racistes ?

PS. Carlita est enceinte, ce n'est pas bien joué ? paraît que ce sont des jumeaux, on ne va pas parler d'autre chose dans les médias les plus lus jusqu'aux prochaines érections existentielles, il va y avoir une campagne de nos "William et Kate" locaux avec leurs bébés plein les bras
:1: (encore ) sûr que si elle est vraiment enceinte on n'a pas fini d'en entendre parler: est-ce que le nain est le père ? comment vont-ils les appeler ? mais même des jumeaux seront insuffisants à augmenter sa cote de popularité et à le faire réélire. si DSK se présente, il faut s'attendre à voir la fille de neunoeil au second tour.

Citation:
Envoyé par Esquiaou_06 Voir le message
Les seuls qui pourraient vraiment réagir sont les professionnels de la route, nous verrons, ces mesures peuvent encore être modifiées, elle doivent être appliquées avant la fin septembre, nous sommes encore un peu dans la période ballon d'essai, ils étudient les réactions.
ce matin sur europe1, j'ai entendu un avocat spécialisé qui parlait du sujet. son avis était semblable au notre, mais que toutes ces mesures et notamment l'interdiction des coyotes ne poseraient aucun problème d'un point de vue légal, mais serait quasi impossible à appliquer du fait des smartphones. il ne reste plus au gouvernement qu'à les interdire.
par contre un sondage montre que 73% des français sont contre ses réformes repressives.
comme quoi il suffit de choisir les gens interrogés à montrer au JT pour faire croire que la france approuve.
  Réponse avec citation