Club-ScooterGT.com - Afficher un message - « Matignon veut frapper fort »
Afficher un message
Vieux 12/05/2011, 01h36   #186
Esquiaou_06
Invité
 

Messages: n/a

JE SAIS, JE SAIS, ÇA N'A RIEN A VOIR :
Citation:
___________________________________

IRM : la France toujours à la traîne


Le Point.fr - Publié le 11/05/2011 à 16:55

Les délais d'attente pour un examen par imagerie médicale varient de trois semaines à deux mois selon les régions.



Il faudrait doubler le nombre d'IRM pour que la France arrive à une proportion voisine de celles de l'Italie et de l'Espagne, qui sont sans comparaison avec celles de l'Allemagne et des pays scandinaves.
© IAFRATE PATRICK / SIPA

Avec un délai moyen de 32,2 jours (contre 34,6 en 2010), la France est loin d'avoir comblé son retard et atteint l'objectif du Plan cancer II d'un rendez-vous dans les 10 jours. La huitième enquête annuelle sur les temps d'attente pour passer une IRM, réalisée pour l'association Imagerie Santé Avenir (Isa, qui représente l'industrie), montre bien qu'il reste encore du chemin à parcourir. Dans l'ensemble, la métropole, qui dispose de 592 IRM de médecine civile pour 63 millions d'habitants, soit 9,4 IRM par million d'habitants, reste en dessous de l'objectif fixé de 10 appareils par million d'habitants pour 2011 et encore plus loin de celui de 12 appareils par million d'habitants d'ici 2013 dans les régions ayant la mortalité la plus élevée par cancer. La moyenne européenne des pays à revenus équivalents est de 17 IRM par million d'habitants...
"Il faudrait doubler le nombre d'IRM pour arriver à une proportion voisine de celles de l'Italie et de l'Espagne, qui sont sans comparaison avec celles de l'Allemagne et des pays scandinaves", regrette le Pr Jean-Pierre Pruvo, neuroradiologue au CHU de Lille et secrétaire général de la Société française de radiologie. "C'est injuste pour les patients. Cela occasionne une perte de chance et une inégalité des soins par rapport aux habitants des autres pays européens développés. Quand on a un cancer, une maladie neurologique ou cardiovasculaire, on a besoin d'un accès à l'IRM, et on ne l'a pas toujours. Pendant ce temps, les décisions thérapeutiques les plus efficaces ne peuvent pas être prises."

Problème de financement

Aujourd'hui, seules quatre régions de l'Hexagone comptent plus de 10 appareils par million d'habitants : le Nord-Pas-de-Calais (12,4 par million et un délai d'attente de 20,7 jours), l'Ile-de-France (11,9 par million), le Rhône-Alpes et la Champagne-Ardenne (10,5 par million). À l'inverse, quatre régions ont un taux d'IRM inférieur à 7 par million d'habitants : la Bourgogne, la Bretagne, la Corse et les Pays de la Loire (dans ces derniers, il y a deux mois d'attente pour un examen). Selon le Pr Pruvo, cette différence régionale peut s'expliquer par la volonté politique des agences régionales de santé et l'implication des professionnels soutenus par les associations de patients. "Chez nous, le conseil régional a très largement contribué au financement de l'équipement", reconnaît-il.
Il faut savoir qu'une IRM coûte plus d'un million d'euros. Mais les spécialistes refusent le terme d'"investissement lourd", car ce type d'achat permet de réaliser des économies non négligeables, notamment s'il fonctionne jour et nuit. "Dans un service de neurologie et de neurochirurgie, le prix de la journée d'hospitalisation varie entre 1 000 et 3 000 euros", rappelle le Pr Pruvo. "Au CHU de Lille, on a 400 lits de neuroscience (neurologie, neurochirurgie et spécialités neurologiques comme neuro-ophtalmo), qui coûtent près d'un million d'euros par jour, soit l'équivalent d'une IRM." Tous les spécialistes estiment donc que ce type d'investissement est rentable. Leur raisonnement est simple : le fait de pouvoir réaliser un diagnostic en urgence permet d'initier très vite le bon traitement. Sinon, le patient subit d'autres examens en attendant celui qui est véritablement nécessaire, ce qui génère des dépenses, voire des journées d'hospitalisation inutiles, des arrêts de travail injustifiés et parfois des déplacements médicalisés coûteux.

Par Anne Jeanblanc

________________________________________


Quelle honte, où est l'urgence dans ce pays ? des radars ou des IRMs ?

Dernière modification par Esquiaou_06 ; 12/05/2011 à 01h50..
  Réponse avec citation