Afficher un message
Vieux 14/12/2010, 23h21   #168
haribo
Mega Star
 
Avatar de haribo
 
inscrit le 19/02/2007
de GaRcHeS [9.2]
VeSpa VeLuTiNa

Messages: 11435

Pouvoir de réputation: 4466
haribo se rapproche des anneaux de Saturne !haribo se rapproche des anneaux de Saturne !haribo se rapproche des anneaux de Saturne !haribo se rapproche des anneaux de Saturne !haribo se rapproche des anneaux de Saturne !haribo se rapproche des anneaux de Saturne !haribo se rapproche des anneaux de Saturne !haribo se rapproche des anneaux de Saturne !haribo se rapproche des anneaux de Saturne !haribo se rapproche des anneaux de Saturne !haribo se rapproche des anneaux de Saturne !


Je suis chez Allianz, en tout risque, mais n'ai pas la protection juridique.
Je n'ai que "Défense et recours".
J'ai zappé d'en parler à mon assurance... mais je crois que je ne vais plus aller les voir... ça vaut mieux.

Voici la lettre que je compte envoyer en recommandé :


Citation:
Monsieur,

Je me permets de revenir vers vous quant à un sinistre dont j’ai été victime le vendredi 10 décembre 2010 aux alentours de 17h25. Afin d’être le plus précis possible, je vais vous exposer les faits chronologiquement :

J’effectuais le trajet de retour du travail me menant à mon domicile en empruntant comme chaque jour le pont de SURESNES. Le trafic était assez dense à l’exception de la file de droite sur laquelle j’étais positionné. Le feu situé à quelques mètres était vert lorsque tout à coup, un véhicule positionné, lui, sur la file du milieu a déboité rapidement sur la droite, ne me laissant pas le temps de l’éviter, quoique circulant à la vitesse autorisée en agglomération. J’ai ainsi percuté assez violemment le véhicule, ce qui me valut d’être éjecté de mon scooter, qui finit sa course en contre-bas du carrefour sur la droite.

Complètement choqué par l’impact que je venais de subir et stressé par ce qui venait de se passer, le conducteur du véhicule se mit à m’accuser de lui être rentré dedans et d’être responsable de ce qui venait de se passer, car circulant (pour lui) dans une voie de bus. Un peu hagard, j’ai acquiescé à ces dires sans même y réfléchir.

Le conducteur du véhicule a donc souhaité établir un constat à l’amiable sans perdre un instant et par conséquent sans me laisser le temps de recouvrir mes esprits. Tout s’est très vite enchainé, il a renseigné sa partie du formulaire, dessiné le croquis, j’ai machinalement rempli la partie m’incombant toujours poussé à croire que j’étais fautif. J’ai jusqu’à naïvement reconnu noir sur blanc mes torts qui n’avaient pas lieu d’être pour finir par signer le document.

J’ai par conséquent tant bien que mal regagné mon domicile avec un scooter qui présentait de larges signes de la collision, au risque même de me mettre en danger. Vous pourrez aisément imaginer mon état d’esprit du moment. Ce n’est que quelques minutes plus tard en ressortant le constat que je me suis aperçu des énormités y figurant, telles que l’adresse erronée de l’impact, le croquis fait en dépit du bon sens et mentionnant une voie de bus qui n’a jamais figuré à cet endroit, et de surcroit, et c’est là que réside ma plus grande erreur, écrit en toutes lettre « je reconnais être en tort ».

Je comprends tout à fait que ce genre de document est contradictoire et que l’ayant signé, j’approuve son contenu.

Le dimanche matin, toujours très perturbé par cette histoire, je me suis à nouveau rendu sur les lieux de l’impact et en ai profité pour effectuer quelques clichés de l’endroit du sinistre. Puis comptant constitué un dossier étayant mes dires et me disculpant, j’ai établi un compte rendu du sinistre afin d’apporter dès le lendemain, mon dossier à votre agent en charge de mon contrat.

C’est à ce sujet que je me permets de vous saisir car je trouve inadmissible d’être traité comme je l’ai était par un agent d’assurances sensé défendre mes intérêts et soutenir mes démarches. Loin s’en faut, au lieu de cela, en lui présentant mon dossier, il s’est montré plus que dissuasif quant au bon fondé de mon entreprise. D’après ces dires, il semblerait que le service sinistre de votre société soit géré par des personnes robotisées dépourvues de tout discernement et qui de toute façon, dans la mesure où le constat est signé et annoté en ma défaveur, l’issue était jouée d’avance.

Je sais pertinemment que son intérêt est que mon dossier soit traité dans ce sens, ce qui permettrait de m’appliquer un malus qui pour ma part me semble tout à fait inopportun. Je pensais que outre le fait d’encaisser mes cotisations mensuelles, j’obtiendrai auprès de mon assurance soutien, explications et défense en cas de sinistre. Je dois définitivement être trop naïf.

J’aurai souhaité que cette affaire soit traitée avec un minimum d’humanité et de bon sens.

Si toutefois, j’avais été responsable et que je n’avais pas inscrit ma culpabilité sur ce maudit document, vous auriez tout de même étudié l’affaire en recherchant le fautif. Il me semblerait légitime qu’il en soit de même dans mon cas personnel.

C’est pour cette raison que je vous demande de bien vouloir étudier avec la plus grande bienveillance mon affaire et pour ce faire, je vous joins un duplicata du dossier que j’ai transmis à votre agent .

Je souhaite vivement que vous apportiez tout l’intérêt nécessaire au traitement de mon sinistre.

Je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de ma considération la meilleure.



Ce n'est pas trop salé... ?

Dernière modification par haribo ; 14/12/2010 à 23h41.. Motif: Le point d'interrogation à la fin :lol:
haribo est déconnecté