Afficher un message
Vieux 20/04/2010, 09h35   #49
Gilles77
Road-Trotteur
 
Avatar de Gilles77
 
inscrit le 22/07/2009
de La Ferté Sous Jouarre 77
Black Pearl & City-X

Messages: 12853

Pouvoir de réputation: 8047
Gilles77 est en escale sur Prométhée (sur les anneaux de Saturne) !Gilles77 est en escale sur Prométhée (sur les anneaux de Saturne) !Gilles77 est en escale sur Prométhée (sur les anneaux de Saturne) !Gilles77 est en escale sur Prométhée (sur les anneaux de Saturne) !Gilles77 est en escale sur Prométhée (sur les anneaux de Saturne) !Gilles77 est en escale sur Prométhée (sur les anneaux de Saturne) !Gilles77 est en escale sur Prométhée (sur les anneaux de Saturne) !Gilles77 est en escale sur Prométhée (sur les anneaux de Saturne) !Gilles77 est en escale sur Prométhée (sur les anneaux de Saturne) !Gilles77 est en escale sur Prométhée (sur les anneaux de Saturne) !Gilles77 est en escale sur Prométhée (sur les anneaux de Saturne) !


Citation:
Envoyé par Denis06 Voir le message
Pourquoi les flics ne sont pas tous comme toi? Ce bon sens et cette logique, vous ne pouvez pas vous la transmettre, un peu a l'image des compagnons? Franchement Gilles ca ne tourne pas rond cette situation, de votre coté vous n'avez aucun moyen d'informer ou d'infléchir sur les dérives, ce profit coute que coute???
Houlà ! Vaste débat. Cela se faisait naturellement avant. A ton arrivée en unité, tu étais pris en main par un ancien (un vrai, pas celui qui a deux ou trois ans de service de plus que toi) qui t'apprenais le métier, étape par étape.

Tu mettais au moins 4 à 5 ans pour prendre le grade supérieur avec un cursus de formation interne sur un an, un stage et une mutation à la clef qui te faisais découvrir d'autres aspects du métier, d'autres méthodes de travail et d'autres gens.
Maintenant, j'ai des jeunes collègues qui ont pris deux grades en deux ans, en restant sur place et en faisant toujours le même travail, puisque la mobilité n'est plus de règle dans la maison.
Tant mieux pour eux, un grade supérieur amenant une meilleure solde, mais ces jeunes gradés deviendront un jour patron à leur tour et je me pose la question de leur "légitimité" vis a vis de leurs subordonnés.

J'ai été éduqué dans la maxime que le respect d'un subordonné n'est pas du aux galons que l'on porte, mais au fait que l'on est capable de dire à quelqu'un "pousse-toi, je te montre comment on fait !" Lorsque les dinosaures de ma génération auront disparu, cela va devenir l'application des ordres qui viennent d'en haut puisqu'ils ne pourront, ou ne sauront, pas dire non ou moduler ces ordres.


Citation:
Envoyé par micm Voir le message
, les mentalités des MIB ont changé depuis 10 ans notamment suite à leur formation plus récentes et plus orientés résultats.
En clair les moins jeunes sont généralement plus humains et plus réfléchis
les jeunes tout à l'inverse.
Encore une fois, c'est une question "d'éducation". Lorsque je suis entré en gendarmerie, c'était un choix raisonné (raisonnable, je ne sais pas), je savais que cela aller représenter des heures et des heures de service, et ce au détriment de la vie de famille.

Je me souviens du discours du commandant de l'école à la sortie du stage. Il s'est adressé aux épouses présentes en leur disant " Mesdames, votre mari vient d'épouser la gendarmerie. Vous devenez la seconde femme de votre mari et en disposerez lorsque la première vous le permettra
". Ce discours choquerait désormais. Une autre expression était : moines-soldats"

Mais on apprenait aussi que nous étions "des gardes-champêtres améliorés"
, qu'en tant que militaire on ne s'acharne pas contre un adversaire tombé à terre (respect de l'adversaire, ce n'est pas parce que l'on interpelle quelqu'un qu'il ne faut pas faire preuve d'humanité, ce qui ne veux pas dire de fermeté) et que nous allions habiter au milieu d'une population que nous allions être amenés à sanctionner, arrêter, emprisonner, et que tout écart de conduite serait payé d'une manière ou d'une autres par nos familles qui vivent, vont au supermarché, à l'école en même temps que les familles de nos "adversaires".

Lorsque l'on intègre ces données, cela donne à réfléchir sur l'attitude que nous allons adopter vis à vis de nos "adversaires" ou contrevenants.

On nous disait aussi que nous avions un rôle de médiateur social, que "perdre du temps" a écouter quelqu'un sur ses problèmes perso (ce qui n'est pas strico senso notre domaine d'action, loin s'en faut) permettait souvent de désamorcer un conflit et d'éviter des conséquences plus graves et qu'il n'était pas nécessaire de toujours sanctionner.
Nous étions aussi respectés en ce sens, la parole d'un gendarme avait du poids et c'est aussi ce qui faisait notre crédibilité.

Maintenant nos jeunes sortent des jupes de maman, ont la tête bien pleine par des années d'études, mais aucune notion de comment les appliquer au mieux des intérêts de la population.
Désarmés par leur jeunesse et ce paradoxe, ils se retranchent derrière leur uniforme pour s'imposer et perdent de ce fait le contact avec la population. On leur apprend des techniques d'intervention, de contrôle copiées sur les techniques anglo saxonnes (donc musclées, destinées à impressionner "l'adversaire"), mais par le feeling qui leur permet de voir s'il s'agit de papa-maman qui rentrent du mac do avec les enfants, ou des "casquettes" en quête d'un mauvais coup.

C'est là ou la présence et l'expérience d'un Ancien doit intervenir. Certains passent très vite ce cap et deviennent de "bons" gendarmes ou policiers, d'autres, par commodité, paresse intellectuelle, manque d'assurance, resteront comme cela toute leur vie.
Je pense que c'est encore plus d'actualité en police ou les fonctionnaires ne vivent (très souvent) pas où ils travaillent. C'est plus facile pour etre plus stricts, mais comment tisser du lien social extra professionnel ? J'en connais certains qui sont très durs au boulot et des gens charmants et agréables où ils habitent.

Et en plus il y a cette culture du résultat introduite depuis plusieurs années. Il faut, pour répondre au climat d'insécurité, augmenter les résultats : la quantité ou détriment de la qualité. Lorsqu'au fond de toi tu sens que tu as des lacunes, pour te faire bien voir, pour monter en grade, tu fais ce que le "chef" veux, c'est une réaction humaine.

Dernière modification par lemag ; 20/04/2010 à 11h01.. Motif: OUPS ! Désolé d'avoir été aussi long, j'avais pas vu la longueur
Gilles77 est déconnecté