Discussion: trop c est trop!
Afficher un message
Vieux 19/02/2010, 19h08   #76
Esquiaou_06
Invité
 

Messages: n/a

Tiens, Parsifal, voilà de la lecture :

le monde motard, objet sociologique | quelques instantanés lacunaires pris dans un long parcours

avec des images :



état de la question | le monde motard, objet sociologique


l’aveuglement ethnocentriste | le monde motard, objet sociologique

Citation:
En matière de sociologie, la paranoïa est mauvaise conseillère, mais le résultat est le même. Ce discours qui associe imperturbablement le motard ordinaire à la prise d’un risque extrême, et qui ne voit absolument pas qu’il juge ainsi une catégorie de citoyens qui doivent, aujourd’hui, approcher les deux millions d’individus, en fonction des pratiques de quelques centaines d’entre eux, on le connaît bien, ne serait-ce que parce que je passe une partie de mon temps à démontrer qu’il s’appuie sur des arguments statistiques invalides.
Mais raisonnons en sens contraire : imaginons un chercheur qui défende une position opposée, qui postulerait par exemple que les motards ont le droit d’être considérés comme des usagers ordinaires, et qu’il n’appartient qu’à eux de décider d’accepter un risque en effet supérieur à celui des automobilistes. A l’évidence, au sein de l’INRETS, institut spécialiste de la sécurité dans les transports, il ferait figure d’hérétique : quelles chances aurait-il alors de voir ses projets de recherche acceptés, et financés ? Comment se déroulerait sa carrière ? Combien de temps lui faudrait-il pour rejoindre une voie de garage ?
L’etnocentrisme que j’analyse ici est en fait la doctrine même de l’INRETS, à laquelle adhèrent forcément ses agents, faute de quoi ils seraient bien obligés d’aller chercher ailleurs : si l’on consacre sa vie à améliorer la sécurité sur la route, alors on ne peut simplement pas imaginer, et encore moins accepter, qu’il puisse exister une population d’usagers pour laquelle la recherche de la sécurité maximale ne soit pas l’objectif prioritaire.
Alors, ces travaux pseudo-scientifiques n’existent pas comme caution hypocrite d’une politique répressive : mais les gens qui les produisent sont tout autant convaincus que les autorités de la nécessité de tout faire pour limiter la liberté d’action de ces fous du guidon qu’il faut absolument protéger contre eux-mêmes, et leurs travaux vont fatalement dans ce sens.
c'est beau