Afficher un message
Vieux 24/01/2010, 02h36   #43
Esquiaou_06
Invité
 

Messages: n/a

L'étudiant français d'origine maghrébine arrêté et dont je parle était en 3ème année de droit et son français était largement supérieur à ceux des policiers qui l'ont arrêté.

Mon fils est quelqu'un de très posé et qui s'exprime de manière très correcte, ce qui n'a pas empêché le flic de le tutoyer et de lui faire comprendre qu'il ferait mieux de la fermer s'il ne voulait pas que les choses tournent mal pour lui.

Je connais un policier, on se salue dans la rue et on échange nos points de vue sur la météo et l'affluence des touristes l'été de manière banale, un type sympa par bien des côtés, mais il y a un côté déplaisant chez lui, son racisme évident, il ne dit pas maghrébin ou arabe, il dit "melon".

Je comprends, Pierre, que parfois vous devez être confronté à des situations assez tordues et j'essaie de voir les choses des 2 côtés aussi objectivement que possible, mais je suis de l'autre côté et ce que j'ai pu voir et entendre parfois n'est pas toujours très encourageant.

Ton histoire de gars que vous allez chercher en mystifiant son patron est une bonne blague, mais elle n'a rien à voir avec l'incident raconté par Inferno, le tort certain qu'il a eu est d'abord, de l'avoir raconté, ensuite dans cette forme et ici. Je continue de ne pas trouver ça drôle.

Cela s'ajoute à ce qu'on lit, voit et entend tous les jours dans les médias, parfois sûrement exagérés mais là aussi, il n'y a pas de fumée sans feu.

Que cela soit le fait d'une minorité, j'en suis certain, mais comme disait Malraux :

"Dans toute minorité il y a une majorité d'imbéciles"

J'y vais moi aussi de mon expérience personnelle :

En 61, je suis à Paris, j'ai perdu mon livret militaire, je fais donc une demande de duplicata, je reçois quelques jours plus tard une missive m'indiquant que je peux venir le retirer dans tel commissariat. Je m'y rends avec ma convocation, je suis reçu par un policier en uniforme derrière un bureau, je me présente, je m'assois, le flic a mon livret dans les mains, remarque que j'ai été réformé, et commence un discours dans lequel il me traite de mauvais français, de tire au cul d'étudiant, de lâche et j'en passe, et qu'est-ce que j'en pense ...etc. tout ça sur un ton calme mais très arrogant, je ne bronche pas, j'attends...il pose le livret sur le bureau se lève et sort, l'envie me prend de prendre le livret sur le bureau et de me tirer, mais je sens que je ferais mieux de me tenir tranquille, et j'ai raison, entre un autre policier qui s'assoit, prend le livret et me sort tranquillement les mêmes insultes que son collègue, je ne moufte pas...et ainsi de suite...ils se relaieront comme ça jusqu'à 14h00 de l'après-midi et feront tout pour me faire réagir, j'étais là depuis 11H00 !
Ce n'est que quand un type en civil entrera et me tendra le livret en me disant "allez, partez" sans autre explication que je pourrais enfin respirer à l'air libre.
C'est un de mes plus mauvais souvenirs et qui m'a drôlement foutu les jetons, la guerre d'Algérie n'était pas encore finie et faire 27 mois de service en risquant ma peau pour une cause perdue d'avance ne m'enchantait guère.

Et quand je lis Inferno et ça :

"Allez, dégage sale Arabe. On peut vous tabasser comme on veut" - LeMonde.fr

"incident" qui a fait la une de tous les médias, je me dis que finalement pas grand chose n'a changé pour certains qui se trompent quant à la valeur et ce que représente un uniforme de policier.

Mais je ne voudrais pas généraliser.

Dernière modification par Esquiaou_06 ; 24/01/2010 à 03h38..