Afficher un message
Vieux 02/02/2007, 19h21   #3
trebila
Incontournable
 
Avatar de trebila
 
inscrit le 04/09/2006
de Montpellier
Gilera GP800

Messages: 7697

Pouvoir de réputation: 46
trebila est dans le carré VIP du Clubtrebila est dans le carré VIP du Clubtrebila est dans le carré VIP du Clubtrebila est dans le carré VIP du Clubtrebila est dans le carré VIP du Clubtrebila est dans le carré VIP du Clubtrebila est dans le carré VIP du Clubtrebila est dans le carré VIP du Clubtrebila est dans le carré VIP du Clubtrebila est dans le carré VIP du Clubtrebila est dans le carré VIP du Club
La selle est bien confortable, et s’ouvre classiquement au neiman.





Un défaut, le coffre de selle n’est pas très grand. Il l’est un peu plus que sur l’Atlantic 500 (et mieux agencé, surtout), mais je ne peux loger qu’un intégral et qq affaires, sur ce point, mon 125 fait beaucoup mieux.






J’apprécie néanmoins la présence d’un vérin hydraulique pour maintenir la selle, l’Atlantic 500 ou le Nexus 500 en était dépourvu, alors qu’il s’agit pour moi d’un accessoire quasi-indispensable, surtout à ce prix. De plus, le coffre est moquetté et éclairé, sympa.




Le remplissage en kérosène se fait par une trappe situé en bout de selle :





Comme le Tmax est le 2 roues le plus volé en France , Yamaha a eu la bonne idée (certes tardivement), d’installer à partir de 2005 un antidémarrage codé.
Bon, les présentations sont faites, zou, je pars l’essayer avec Totom sur le sien…

On circule qq kms en ville avant de prendre le circuit habituel, autour du pic Saint Loup, suffisamment de temps pour confirmer que le Tmax est très à l’aise en ville.

Certes, il est long, mais étroit, et sa jantes avant de 14 pouces est plus facile à manier que celle de 15 pouces sur mon Xmax, c’en est déconcertant … Au démarrage, il pousse très très fort, et on atteint en qq secondes des vitesses inavouables en ville…

Totom me passe devant, ce qui me permet d’admirer le magnifique petit cul de son BlackMax avec la bavette retaillée, et d’entendre le son mélodieux de son échappement adaptable non catalysée…


Essai sur route viroleuses :

Première chose : le bruit du moteur, même avec le silencieux d’origine, est impressionnant. Il dégage un grondement sourd, super agréable et flatteur.



Au démarrage, donc, il décolle vraiment promptement. Le Nexus m’avait fait ressentir la même chose, mais avec la rugosité de son monocylindre, les cognements de son moteur et ses vibrations. Ici, rien à voir, tout se passe dans du coton, pas une vibration, la souplesse du bicylindre Yamaha est bluffante.

Les rétros sont placés à une hauteur idéale par rapports à ceux des voitures, à tel point qu’au bout de qq minutes, je n’y pense même plus. Ils offrent vraiment une bonne vision de ce qui se passe derrière soit…

je me surprend à commencer à funambuler avec cet engin de 200kgs un peu comme je le fait avec mon 125. La seule différence, c’est qu’avec la poussée disponible sous la poignée de droite, on doit déjà commencer à penser à freiner alors qu’on vient juste de décoller au feu vert… gaffe quand même, je dois faire encore qq bornes « soft » pour finir de roder les plaquettes, les disques et les pneus.

J’ai juste le temps de me rendre compte que Totom, avec ses galets de 15g (origine Yamaha majesty 400) décolle plus fort que moi, avec des galets de 19g d’origine. La modif est simple, peu couteuse et est vraiment efficace en terme de gain de perfs…

Allez, on sort de la ville. Comme toujours au menu, bonne route, virages dans les forêts de pins, route au revêtement pourries, en montée puis en descente, virages en épingle à cheveux, et pour finir, bon revêtement, et qq lignes droites. miam!!

Le bilan est impressionnant : c’est un outil.

Son comportement en entrée de courbe, son freinage, son comportement sur l’angle, les angles qu’il permet de prendre, ses relances en sortie de virage, sa tenue de cap, tout me rappelle la moto…

Je n’ai jamais ressenti autant de rigueur dans tous ces compartiments à la fois sur un scooter…
trebila est déconnecté