Club-ScooterGT.com - Afficher un message - Le casse-tête du périphérique
Afficher un message
Vieux 20/04/2009, 18h17   #1
CritoF
Admin-TooMuchWork
 
Avatar de CritoF
 
inscrit le 20/10/2007
de Interfile land ;)
Honda CBF Mimile F

Messages: 19515

Pouvoir de réputation: 5293
CritoF se rapproche des anneaux de Saturne !CritoF se rapproche des anneaux de Saturne !CritoF se rapproche des anneaux de Saturne !CritoF se rapproche des anneaux de Saturne !CritoF se rapproche des anneaux de Saturne !CritoF se rapproche des anneaux de Saturne !CritoF se rapproche des anneaux de Saturne !CritoF se rapproche des anneaux de Saturne !CritoF se rapproche des anneaux de Saturne !CritoF se rapproche des anneaux de Saturne !CritoF se rapproche des anneaux de Saturne !


Le casse-tête du périphérique

Et allez encore une couche pour l'opinion publique qui va renforcer que nous sommes des mechants dangeureux en roulant en interfile

source : Le casse-tête du périphérique - Société - 19/04/2009 - leParisien.fr

Citation:

Le casse-tête du périphérique


C’est une coutume pour tous les motards qui empruntent le périphérique… mais c’est aussi une entorse au Code de la route. La remontée des files de voitures entre les 3e et 4 e voies de l’anneau parisien est en théorie interdite. Jusqu’à présent « tolérée » par les forces de l’ordre, cette pratique a été inscrite dans la charte des deux-roues motorisés signée il y a deux ans entre la mairie de Paris et les associations de motards.

Mais le document n’a jamais été ratifié par la préfecture de police qui ne cache plus sa volonté de renforcer les sanctions contre les « remontées de file dangereuses ».

«Rester derrière les véhicules est plus dangereux que de doubler entre les files »

Les motards sont en effet très exposés sur cette voie où les automobilistes, qui dépassent rarement 30 km/h aux heures de pointe, déboîtent souvent sans prévenir. L’année dernière, ils ont constitué 58 % des victimes recensées sur le périphérique (1 mort, 53 blessés graves et 523 blessés légers), alors qu’ils ne représentent que 5 % du trafic. « Mais si l’on n’avait plus le droit de rouler entre les files de voitures, ce serait pire », corrige Jean-Marc Belotti, coordinateur pour Paris de la Fédération française des motards en colère (FFMC), en dénonçant une « diabolisation » des deux-roues motorisés. « Rester derrière les véhicules est plus dangereux que de doubler entre les files, insiste-t-il. On est contraint à beaucoup plus de freinages d’urgence et on court le risque d’être pris en tenaille. » « C’est un risque calculé, renchérit Pit, président de l'association de bikers Medieval Troopers . Comme lorsque les piétons traversent au feu vert parce qu’il n’y a pas de voiture. »
CritoF est déconnecté