Club-ScooterGT.com - Afficher un message - Comparatif GP800 vs Tmax 500
Afficher un message
Vieux 02/12/2007, 19h50   #19
yoleu
Membre
 
Avatar de yoleu
 
inscrit le 26/06/2007
de Lyon city
Nexus 250

Messages: 470

Pouvoir de réputation: 12
yoleu à un bon karma au Clubyoleu à un bon karma au Club
Traduction de l'article (je me suis bien défrisé les poils pour vous présenter un truc propre, alors le premier qui me sort une faute d'orthographe prend un coup de clé à molette sur le ciboulot !)

URBAINS ET SPORTIFS : Yamaha en 2000, avec le TMax, a lancé une nouvelle façon de voir le scooter : de simple utilitaire urbain, il est devenu intrigant pour les passants par ses prestations et sa conduite semblables à celles d'un moto sportive, tout en restant utile pour des virées en fin de semaine. Tout un ensemble de petits détails, qui se sont ensuite révélés précurseurs d'un courant de pensée qui a conduit les principaux constructeurs à construire des maxiscooter sportifs, suivant ainsi la mode et la demande du public. Le sommet de ce mouvement arrive avec la présentation du Gilera GP 800, qui représente actuellement la cylindrée maximum disponible dans la catégorie. Nous avons décidé de confronter le TMax, roi entre les scooter sportifs, dans sa dernière mouture 2008, avec le plus qualifié des prétendants au trône, le GP800. L'épreuve ne se base pas, naturellement, sur une comparaison directe des performances, vu la considérable différence de cylindrée. Mais sur l'utilisation et les sensations de pilotage. Les prix sont alignés : 9.400 euro pour le Gilera et 9.395 pour le Yamaha.

COMPARAISON SUR LE PAPIER
La version 2008 du TMax compte sur une ligne plus sportive, filante et agréable. Le moteur reste le bicylindre parallèle de 500 cm3 (449) avec un troisième faux cylindre d'equilibrage postérieur, et est séparé de la transmission et de la suspension arrière comme sur une moto classique. Il perd 0.5 CV par rapport à la version 2007, mais il gagne du couple aux régimes moyens, là où il est le plus sollicité. Le TMax est doté du nouveau cadre en aluminium, qui lui permet un gain de poids de 5 kg. Le diamètre de la roue avant passe de 14 "à 15". L'entraxe croît de 5 mm et l'angle de chasse passe de 27° à 25°. La fourche a également été changée : elle passe d'un diamètre de 41 mm à celui plus solide de 43 mm.

La Gilera GP 800 a un propulseur à deux cylindres en V de 90° de 839 cm3. Les plastiques ont une ligne agréable et recouvrent harmonieusement les dimensions considérables du moteur, sans en laisser une quelconque partie en vue. Le double groupe optique avant plaît beaucoup, il reproduit le logo Gilera. Un analyse plus approfondie relève cependant quelques défauts : les plastiques ne sont pas bien finis, les bords sont mal ébavurés, la peinture laisse à désirer. Un autre problème d'ordre pratique : l'orifice du réservoir de carburant est sous la selle, ce qui oblige à descendre pour faire le plein. L'orifice et le bouchon font cheap et pas modernes. On apprécie cependant la transmission par chaîne, très précise, comme sur une moto.



UTILISATION URBAINE

Le TMax pèse 40 kg de moins que le GP800, se révélant par conséquent plus maniable. En outre il jouit d'un diamètre de braquage plus généreux. Ces deux "dérives" du Gilera font du Yamaha un vaiqueur logique en ville. Les deux selles permettent de bons déplacements longitudinaux, mais elles s'avèrent un peu larges. L'ergonomie de celle du TMax est meilleure mais le rembourrage est plus dur, alors que sur le GP800 il est assez souple. Les positions de conduite sont naturelles, mais sur le TMax les jambes restent plus repliées vers le buste. Sur les deux scooters les jambes restent écartées et poser un pied à terre n'est pas simple. Sur la Gilera le problème est accentué par l'absence des creux latéraux, pour tendres les jambes avant de s'arrêter. La situation change hors de la ville.



UTILISATION EXTRA-URBAINE

Dès que l'on quitte les chaussées citadines, comme il y fallait s'y attendre, le Gilera GP800 fait valoir sa cylindrée : il part comme une fusée en accélération et est capable d'atteindre les 200 km/h (190 effectifs), alors que le TMax culmine à 160 km/h réels. Le TMax, en doublant de gros camions, subit légèrement les turbulences, alors que le GP 800 ne semble pas en faire cas. La protection aérodynamique sur le TMax est garantie pour le buste et les épaules , par l'action du pare-brise qui dévie efficacement le flux d'air sur le casque. Les jambes ressentent quelques tourbillons d'air. À bord du GP800 la protection est bonne, mais les épaules restent plus exposées, même après avoir relevé entièrement le pare-brise électrique pratique. Là, malgré ses deux cylindres, le Yamaha n'a pas une allonge surprenante, mais il met en avant la cohérence de sa transmission avec des vibrations réduites au minimum, qui sur le Gilera se manifestent au dessous des 4.000 tours, même si elles ne fatiguent pas à la longue. Le GP800 est plus sûr pour la tenue de route, mais moins intuitif en entrée de courbe, notamment en raison des 250 kg qui se font sentir et demandent un certain engagement physique du pilote. Il reste cependant très rapide dans les enchaînements de virages.


Dernière modification par yoleu ; 02/12/2007 à 20h39..
yoleu est déconnecté